Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Les priorités de la communauté francophone du Nunavut

Ministère de la Culture et du Patrimoine
Gouvernement du Nunavut

2015-07-06

Au cours des dernières années, le gouvernement du Nunavut s’est affairé à consulter la communauté francophone du Nunavut afin de déterminer ses besoins en matière de services en français. Ce processus de consultation a abouti en mars 2015 avec la publication du rapport « Les priorités de la communauté francophone du Nunavut en matière de services en français ». Le présent article offre une mise en contexte du processus consultatif et présente les faits saillants du rapport, dont la version intégrale figure sur le site du ministère de la Culture et du Patrimoine1.

Contexte historique

En 2008, l’Assemblée législative du Nunavut a adopté la Loi sur les langues officielles (LLO) du Nunavut. Cette dernière reconnaît trois langues officielles au Nunavut : la langue inuit2, l’anglais et le français.

Afin de préparer la mise en œuvre de la LLO, des consultations communautaires ont été tenues, notamment auprès de la population francophone. La version finale du plan de mise en œuvre, le Plan Uqausivut, a été déposée à l’Assemblée législative le 30 octobre 2012, pavant ainsi la voie à l’entrée en vigueur de la LLO, le 1er avril 2013.

Afin de mieux comprendre les besoins de la communauté francophone du Nunavut, le gouvernement du Nunavut a organisé des consultations, sous la forme d’une consultation publique le 5 octobre 2013 et d’un sondage en ligne à l’hiver 2014.

Domaines prioritaires

Les participants aux consultations ont établi cinq domaines prioritaires : l’éducation et la petite enfance, la santé et les services sociaux, la culture, la justice et la sécurité publique, ainsi que le développement économique. Voici les principaux constats émanant de la communauté pour chacun de ces domaines.

Éducation et petite enfance

En plus de rappeler l’importance de l’accès à l’éducation primaire et secondaire en français, les participants ont mentionné l’importance de l’enseignement du français langue seconde, puisque la francophilie est un facteur important pour l’épanouissement de la vitalité communautaire. Par ailleurs, l’appui à la petite enfance est jugé prioritaire puisqu’il s’agit de la clientèle étudiante de demain. Il importe donc de bien préparer la jeunesse francophone en lui inculquant un sentiment de fierté au moyen de la francisation et de la construction identitaire.

Santé et services sociaux

L’accès aux services de santé en français est une priorité absolue. En situation d’urgence, il est primordial qu’une personne soit prise en charge dans sa langue maternelle. Il est essentiel de bonifier immédiatement la prestation des services en français en milieu hospitalier, de même que dans les domaines de la santé publique, de la santé mentale, de la santé des familles, des services sociaux et des voyages médicaux.

Culture

La culture est un élément intrinsèque de la vitalité et de l’épanouissement de la communauté francophone. Il est primordial d’avoir un lieu pour se rassembler et s’épanouir dans sa culture, ainsi que pour faire partager la langue et la culture françaises aux nombreux francophiles du Nunavut. Une culture forte équivaut à une communauté forte. Il est donc essentiel que la communauté ait facilement accès aux arts et à la culture afin de forger chez les jeunes une fierté culturelle.

Justice et sécurité publique

Le domaine de la justice et de la sécurité publique est important puisqu’il a une incidence directe sur la vie du citoyen, qu’il s’agisse des services d’urgence, de police ou d’incendie. Il est également important de pouvoir bien comprendre ce qui fait partie de notre environnement, comme les panneaux de signalisation et les enseignes publiques, et même de bien comprendre les agents municipaux lorsqu’ils nous donnent une contravention. Enfin, il importe d’avoir accès à des services de qualité en matière de justice, qu’il s’agisse d’aide juridique, de services aux victimes d’actes criminels ou encore d’accès aux tribunaux. Il est donc primordial que les agents de première ligne aient de solides compétences dans toutes les langues officielles du Nunavut, y compris le français.

Développement économique

Le développement économique, notamment l’employabilité et les services aux entreprises, est une priorité pour la communauté francophone. Par ailleurs, l’accueil des nouveaux arrivants est également important en raison des nombreux mouvements de population au sein de la communauté francophone du territoire. Joindre les nouveaux arrivants afin de faciliter leur intégration à la communauté francophone est nécessaire au renforcement communautaire; cela permet de créer davantage de perspectives économiques pour les entrepreneurs locaux.

Les principaux défis

Désignation de postes bilingues

Les participants ont noté le nombre insuffisant de francophones au sein de la fonction publique territoriale, particulièrement dans les postes de première ligne. Souvent, l’employé qui parle français est convoqué dès qu’il y a une demande de services en français, dans son domaine d’expertise ou non. Ajoutée à un roulement élévé de personnel, cette pratique ne peut pas permettre une continuité des services offerts, et encore moins un accès à des services d’une qualité comparable à celle offerte dans les autres langues officielles. Sans la désignation officielle de postes bilingues, il sera impossible d’arriver à une prestation efficace et efficiente des services en français au Nunavut.

Offre active des services

La nécessité de promouvoir l’offre active des services a été soulevée à plusieurs reprises. Il est important qu’un citoyen francophone soit informé d’emblée de la possibilité d’obtenir des services en français. Lorsqu’un service n’est pas clairement offert, un francophone aura tendance à s’adresser d’abord en anglais. De plus, il est essentiel de valoriser la langue française et de démontrer la valeur ajoutée du français au Nunavut. Finalement, bien que la majorité des francophones du Nunavut habitent à Iqaluit, il faut s’assurer d’inclure les francophones vivant dans les autres collectivités du territoire, surtout lorsqu’il est question des domaines de la santé et de la sécurité publique.

Recommandations

Compte tenu des priorités établies par la communauté en matière de services en français dans le cadre de la consultation du 5 octobre 2013 et des données issues du sondage sur les services en français au Nunavut de février 2014, il est recommandé que le gouvernement du Nunavut :

  1. entreprenne immédiatement un inventaire et une évaluation de la capacité linguistique des employés de la fonction publique territoriale;
  2. adopte une politique de désignation de postes bilingues (français obligatoire) et qu’un nombre suffisant de postes soit désigné au sein de la fonction publique en vue d’assurer l’exécution et les fonctions prévues dans la LLO;
  3. élabore et adopte une politique de communication qui soit applicable à l’ensemble des institutions territoriales;
  4. développe et adopte un plan d’action stratégique pour la prestation des services en français au Nunavut, lequel soit assorti d’un mécanisme de gestion et de reddition de comptes;
  5. travaille de concert avec ses partenaires afin d’identifier des solutions communautaires qui favoriseront le bien-être et la vitalité de la communauté francophone du Nunavut.

Au cours des prochaines années, le gouvernement du Nunavut travaillera donc à l’élaboration et à la prestation efficace et efficiente des services en français en fonction des priorités et recommandations établies par la communauté francophone du Nunavut.

Retour à la note1  Avertissement : Les opinions de Nunavummiut formulées lors des consultations et consignées dans le rapport ne représentent pas nécessairement le point de vue du gouvernement du Nunavut.

Retour à la note2 Par respect pour la population du territoire, le terme inuit n'est pas accordé en genre et en nombre dans les communications en français émanant du gouvernement du Nunavut.