Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Vitalité organisationnelle du réseau associatif de la communauté acadienne et francophone de l'Île-du-Prince-Édouard

Restructuration de la gouvernance communautaire

Isabelle Dasylva-Gill
Secrétariat aux affaires acadiennes et francophones
Gouvernement de l'Île-du-Prince-Édouard

2015-02-02

Comment poursuivre de manière efficace la mise en œuvre du Plan de développement global (PDG) 2011-2016 de la communauté acadienne et francophone (CAF) de l'Île-du-Prince-Édouard (Î.-P.-É.)?

Le PDG 2011-2016 de la CAF de l'Î.-P.-É. a été adopté par la communauté en novembre 2010. Le PDG propose au réseau associatif une vision commune qui sert à guider l'action des partenaires communautaires et gouvernementaux, tout en favorisant la cohésion des efforts. Sa mise en œuvre est devenue ultérieurement la responsabilité du Réseau des développeurs, un regroupement de toutes les présidences d'organismes du réseau associatif avec la participation des directions générales. Le nombre d'organismes communautaires a augmenté entre 1971 et 2011, passant de 3 à 24, en dépit de la décroissance de la population de langue maternelle française. Ainsi, la multiplication du nombre d'organismes francophones a provoqué l'épuisement accru des bénévoles, l'accroissement du travail en silo et l'affaiblissement de l'intérêt collectif. Cette approche de développement trop régionale s'est avérée un défi d'envergure pour la poursuite de la mise en œuvre du PDG, lequel a été élaboré pour pouvoir assurer la pérennité et l'épanouissement de la langue française et de la culture acadienne de l'Île.

Le Réseau des développeurs s'est mobilisé autour de cet enjeu et a entrepris un processus de révision de la structure de la gouvernance communautaire actuelle. En décembre 2012, le Réseau des développeurs a donné le mandat à la Société Saint-Thomas-d'Aquin (SSTA), organisme porte-parole des Acadiens et des francophones de l'Î.-P.-É., de mettre sur pied une commission indépendante pour effectuer une analyse approfondie de cette structure de gouvernance. Cette démarche s'est inscrite dans le cadre d'une approche coopérative et participative, reposant sur une meilleure gestion axée sur les résultats tout en donnant la priorité à l'intérêt collectif.

L'objectif de cette démarche est bel et bien de mettre en place le modèle de gouvernance qui, tout en instillant une culture organisationnelle plus collaborative, assurera d'une meilleure façon la vitalité des entités régionales et provinciales ainsi que le développement durable de la communauté dans son ensemble. L'expression commune « l'union fait la force! » est d'autant plus applicable dans le contexte actuel, et c'est bien ce qui a poussé la communauté à réassumer sa responsabilité liée à sa structure décisionnelle et administrative. Cette réflexion collective s'est faite dans le cadre d'une vision globale œuvrant pour une gouvernance communautaire saine, efficace et efficiente, ce qui a aussi permis aux organismes de la CAF de l'Î.-P.-É. de réaffirmer leur engagement.

L'analyse réalisée par la Commission sur la gouvernance communautaire a débouché en janvier 2014 sur un rapport contenant dix recommandations, dont l'une préconisait la mise sur pied d'un comité de mise en œuvre visant à assurer le suivi des travaux. Le Comité de mise en œuvre a donc été formé selon un système de représentation sectorielle et régionale, avec l'appui de la direction générale de la SSTA. Par la suite, le Réseau des développeurs a validé des projets pilotes ciblés et basés avant tout sur quatre services administratifs partagés dans le but d'accentuer les partenariats et d'optimiser les ressources. Ces services administratifs répondent aux besoins dans les domaines suivants : financement/comptabilité, communication, ressources humaines et recherche/analyse/planification.

Le rapport de la Commission exposait trois modèles de gouvernance communautaire qui ont été présentés au Réseau des développeurs, lequel a ensuite formulé une recommandation quant au modèle à retenir. Le choix a été de se concentrer sur les autres recommandations en premier lieu, en combinant les efforts. Nous nous trouvons dans les premiers mois de mise en œuvre des recommandations, et il est prévu que le processus s'étendra sur deux ans, avant le renouvellement du PDG de cinq ans prévu en 2016. Il s'agit d'un travail de longue haleine qui a été entamé pour rendre le fonctionnement du réseau associatif plus efficace et lui permettre de jouir d'une vitalité organisationnelle à long terme.

Une des valeurs fondamentales de la CAF est la coopération et dans le cas de la communauté insulaire, le renforcement de la coopération est devenu nécessaire. L'approche de la problématique se veut toutefois graduelle, réaliste et concrète pour mieux gérer le changement organisationnel au rythme de la communauté insulaire. Ainsi, l'amélioration de la capacité fonctionnelle du réseau associatif est une étape essentielle pour continuer la mise en œuvre du PDG 2011-2016, axée sur des résultats concrets. Ce parcours témoigne d'un cheminement collectif accompli en parallèle d'une démarche centrée sur la réduction des dédoublements et la combinaison des efforts des organismes de la CAF. La restructuration et la consolidation de ces organismes contribueront à mettre en place des mécanismes d'appui aux employés et aux bénévoles, qui passeront plus de temps sur le terrain pour faire avancer leurs projets.

Sources

  • Rapport de la Commission sur la gouvernance communautaire 2014
  • Plan de développement global (PDG) 2011-2016
  • SSTA