Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Favoriser la construction identitaire grâce aux Échanges francophones de l’ACELF

Maryse Héroux, directrice adjointe
École élémentaire Marie-Curie, Conseil scolaire Viamonde London (Ontario)

2014-10-06

L’histoire commence à l’automne 2013. Je reçois l’information de la part de l’Association canadienne d’éducation de langue française (ACELF) à propos de son programme d’échanges francophones. L’objectif du programme : amener les élèves à s’ouvrir aux diverses réalités francophones du pays et à valoriser leur langue et leur culture par la création de liens et la réalisation d’activités éducatives, linguistiques et culturelles. Dans les faits, c’est beaucoup plus que cela…

Je voulais donc que les élèves de mon école puissent vivre cette expérience. Plusieurs d’entre eux parlent en français à l’école sans toutefois parler en français à l’extérieur de l’école et dans leur famille au quotidien. Plusieurs se demandent même : « Pourquoi parler en français? » Il était important pour moi de leur offrir la chance de découvrir un milieu majoritairement francophone où les gens s’expriment majoritairement en français. Je voulais leur montrer qu’il est possible de parler en français à l’école, à la maison et au quotidien.

Bien plus qu’un voyage

Bien plus qu’un simple voyage, l’échange avec un groupe d’élèves de l’École Marie-Anne, à Rawdon, au Québec, a constitué une véritable aventure pour les participants, leurs parents, les accompagnateurs, tous les élèves de 6e et membres du personnel de notre école de même que pour une partie de notre communauté. Une aventure remplie d’idées, de rencontres, de discussions, de découvertes...

Chacun a contribué au succès du projet en y mettant son petit grain de sel. Plusieurs enseignants, les membres du personnel et les membres de la communauté ainsi que l’équipe d’animation culturelle du Conseil scolaire Viamonde nous ont appuyés en organisant diverses activités. La semaine où l’on accueillait les jeunes de Rawdon s’est avérée un succès grâce à la coopération de tous; je n’aurais pu tout faire seule! La clé de la réussite de l’échange réside dans la bonne planification du projet et la mobilisation de tous.

L’équipe de l’ACELF a joué un rôle majeur grâce à l’accompagnement et aux précieux conseils fournis du début à la fin du projet. L’ACELF prend en charge une part considérable du volet logistique en s’occupant, entre autres, des réservations et de l’achat des billets d’avion.

Faire place à la techno

Quelques semaines avant la visite des élèves de Rawdon, nos élèves ont entretenu des correspondances par Skype et FaceTime avec eux, question de « faire connaissance » et de communiquer, en français. La première rencontre « physique » a eu lieu le 31 mars 2014, alors que nous accueillions les jeunes de Rawdon chez nous. En quelques jours seulement, des amitiés profondes se sont tissées.

Environ un mois plus tard, c’était au tour de nos élèves de rendre visite aux jeunes de Rawdon pour vivre en français chez eux. Parents et amis ont pu suivre les aventures des jeunes durant ces deux semaines de stage grâce au partage de photos et d’anecdotes sur la page Facebook de notre école.

Aller à la rencontre de l’autre

Lorsque les élèves de Rawdon étaient avec nous, des activités avaient été prévues tout au long de la semaine. Rien d’extravagant, rien de démesuré; des activités réelles, simples, qui font partie de la vie des jeunes d’ici : concours de dessin, partie de kinball, soirée cinéma, visite du parc provincial Pinery, partie de quilles, tournoi d’improvisation et souper spaghetti.

Et c’est là la beauté et la pertinence des échanges francophones : l’opportunité de faire vivre notre réalité francophone à des jeunes d’ailleurs qui nous font ensuite découvrir leur réalité francophone.

Un impact plus grand que nature

Chez nous, à London, l’impact ne s’est pas fait ressentir uniquement chez les participants. Lorsque les jeunes de Rawdon étaient avec nous, nous avons invité les élèves des écoles francophones environnantes à participer aux activités que nous avions organisées. Tous les élèves du cycle moyen de notre école ont également eu la chance de partager un repas multiculturel avec les jeunes de Rawdon.

Pour nous, l’échange a représenté un merveilleux moyen de rassemblement au sein de notre école et de notre communauté et un outil extraordinaire de construction identitaire. Si le mandat de mon école est à la fois éducatif, culturel, linguistique et communautaire, l’échange francophone nous a permis de réaliser tout cela.

Nos jeunes sortent enrichis de cette expérience, munis de la conviction que le français a sa place dans notre pays et dans leurs cœurs. Certains élèves qui prévoyaient faire leurs études secondaires dans des écoles anglophones ont réalisé, grâce à cet échange, l’importance de poursuivre leurs études en français. Des parents nous ont également exprimé leur volonté de parler davantage en français avec leur enfant! Fabuleuse prise de conscience, l’échange aura permis d’éveiller les cœurs et les esprits à la beauté et à l’importance du français dans nos vies.

Je ne peux que recommander cette expérience à toutes les écoles francophones en milieu minoritaire. Bien sûr, l’organisation de cet échange a exigé que j’y consacre beaucoup de temps et d’énergie, mais, si on s’entoure d’une bonne équipe, on planifie bien et on délègue les tâches, il s’agit d’une expérience qui en vaut vraiment, mais vraiment la peine!

En tant que direction et direction adjointe d’école, notre rôle n’est-il pas de répondre aux préoccupations de nos jeunes? Nos jeunes ont parfois besoin de réaliser qu’ils peuvent être fiers de parler français dans un milieu qui est majoritairement anglophone, que leur identité est unique, forte et fascinante pour d’autres francophones. Les jeunes de Rawdon étaient éblouis devant la diversité culturelle de notre communauté et par la capacité de nos élèves à apprendre le français en même temps que les autres matières… Nos élèves ont ressenti beaucoup de fierté. Une fierté qui, je crois, les marquera pour la vie.

Pour plus d’informations sur les Échanges francophones et pour s’y inscrire, visitez le site Web de l’ACELF (www) Avis d'hyperliens français.