Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Le système métrique : sept règles typographiques

Christa Bedwin
Association canadienne des réviseurs
(L'Association canadienne des réviseurs a commencé à utiliser le nom Réviseurs Canada le 1er juillet 2015.)

2014-05-05

Les codes typographiques du système métrique (ou système international d’unités) et du système impérial ne sont pas les mêmes. Alors que certains guides de rédaction continuent de recommander d’anciennes règles typographiques, cet article vise à donner l’heure juste sur les règles à employer pour respecter le système métrique international.

  1. Il faut toujours mettre une espace insécable entre le nombre et le symbole.

    Aucune unité de mesure du système métrique n’échappe à cette règle, pas même le degré Celsius (°C). Selon le système métrique international, on insère une espace entre le nombre et le symbole de l’unité. Par exemple, on écrit « 82 °C » (et non « 82°C ») et « 910 m » (et non « 910m »).

  2. Dans les symboles, les majuscules et les minuscules ont une grande importance.

    Il ne faut pas confondre les symboles des unités elles-mêmes (p. ex. m employé pour mètre) et les symboles des préfixes qui les précèdent (p. ex. m pour milli signifiant « millième » et M pour méga signifiant « million »). Ainsi, mm est le symbole du millimètre (un millième de mètre, ou 0,0001 m), alors que Mm est celui du mégamètre (un million de mètres, ou 1 000 000 m).  

    Les symboles des unités s’écrivent habituellement en minuscules (m, kg, s, min, etc.). Font exception les symboles dérivés de noms propres, qui s’écrivent avec la majuscule (A pour ampère) ou avec la majuscule initiale (Hz pour hertz). Pour des raisons de clarté, le symbole du litre peut s’écrire L.

  3. Le symbole d’une unité métrique n’est pas suivi d’un point.

    Un point qui suit un symbole ne peut être que le point final de la phrase. On écrira donc : « La partie a duré 60 min. », mais « Une partie de 60 min passe très vite. ».

  4. Les symboles des unités sont invariables.

    On n’ajoute pas de s aux symboles des unités métriques pour marquer leur pluriel. Par exemple, deux mètres s’écrit 2 m et non 2 ms, puisque le symbole ms signifie « milliseconde ».

  5. Dans le système métrique contemporain, on emploie le chiffre 2 en exposant pour indiquer la superficie en unités carrées et le chiffre 3 en exposant, pour le volume en unités cubiques. Par exemple : m2, m3.

    Les auteurs oublient souvent de mettre les chiffres 2 et 3 en exposant. Ainsi, m2 ne signifie pas « mètre carré ». Il faut corriger et écrire m2.

    Pour produire les chiffres 2 et 3 en exposant, il suffit de taper les touches ALT 0178 et ALT 0179 à l’aide du clavier numérique.

    On peut aussi utiliser l’hectare (ha) pour indiquer la superficie et le litre (L) pour indiquer le volume.

  6. Pour simplifier la compréhension d’un texte, il vaut mieux employer des préfixes courants.

    Les préfixes les plus connus sont kilo- et milli-. L’arrivée des ordinateurs a rendu courants d’autres préfixes : téra-, giga- et méga-. La microbiologie et la nanotechnologie ont, quant à elles, popularisé les préfixes micro- et nano-. Pensez à vos lecteurs avant de choisir un préfixe méconnu.

    Par exemple, il vaut mieux écrire 370 m que 37 dam ou 3,7 hm.

    La liste complète des préfixes se trouve dans la section 1.3 Les symboles du Guide du rédacteur.

    Des nombres entiers sont préférables à des nombres décimaux inférieurs à 1. Ainsi, il vaut mieux écrire 370 m que 0,37 km, sauf pour une question d’uniformité (p. ex. si plusieurs autres valeurs sont exprimées en km dans le texte).

    De plus, pour la même unité, il est préférable d’exprimer les valeurs en utilisant des préfixes courants. Les symboles m, km, cm et mm sont bien connus; les symboles hm, dam et dm le sont moins.

  7. Les symboles des unités s’écrivent en caractères romains, et non en italique. Seules les variables – des lettres qui représentent des nombres en mathématique et en statistique – s’écrivent en italique.