Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

La langue crie démystifiée pour les réviseurs français et anglais : l'orthographe normalisée

Arden Ogg
Association canadienne des réviseurs et Cree Literacy Network
[réseau d'alphabétisation cri]
(L'Association canadienne des réviseurs a commencé à utiliser le nom Réviseurs Canada le 1er juillet 2015.)

Dorothy Thunder
Université de l'Alberta et Cree Literacy Network

2014-03-10

ghoti

Cette fameuse création orthographique, qui viendrait de l'homme de lettres George Bernard Shaw, illustre les caprices de l'orthographe anglaise. En combinant la prononciation du gh de enough, du o de women et du ti de motion, on obtient le mot fish.

Le français compte aussi sa part de bizarreries orthographiques. Par exemple, dans les mots tête et fête, l'accent circonflexe sert uniquement à rappeler que dans une ancienne forme du français, on mettait un s à cet endroit, s qu'on ne prononçait pas non plus d'ailleurs1! Le français et l'anglais regorgent aussi d'homonymes, comme verre, vert et vers, ou there, their et they're, qui donnent des maux de tête à bien des réviseurs.

Il est facile de tourner en dérision les bizarreries orthographiques. Lecteurs et rédacteurs s'en plaignent souvent. Heureusement, notre capacité de lecture et de compréhension demeure essentiellement intacte grâce à un système scolaire qui accorde beaucoup d'importance à la lecture et à l'écriture ainsi qu'à environ 500 ans de publications qui viennent renforcer toutes les règles orthographiques afférentes.

Dans un monde parfait, l'orthographe crie pourrait suivre une évolution semblable. Mais le temps presse pour les langues en péril. Afin d'aider les apprenants de la langue crie et d'en appuyer la revitalisation, l'adoption étendue d'un système d'écriture phonémique normalisé pourrait s'avérer un outil formidable. Examinons de quelle façon.

La lecture simplifiée

Quel que soit le système d'écriture alphabétique, l'apprentissage de la lecture repose largement sur la conscience phonologique, soit la capacité du lecteur à reconnaître les phonèmes. Les phonèmes sont tous les sons distincts qui peuvent changer le sens dans une langue donnée. Le son des voyelles dans les mots anglais beet et bit sont deux des quelque quarante‑quatre phonèmes propres à cette langue; en français, les voyelles dans nids et nus sont deux des quelque trente‑sept phonèmes. En anglais et en français, comme en cri, le nombre de phonèmes peut varier d'un dialecte à l'autre.

Contrairement à l'orthographe de l'anglais et du français, l'orthographe romaine normalisée (ORN) de la langue crie est entièrement phonémique. Chaque son correspond à une lettre et chaque lettre représente seulement un son. Il n'existe aucune ambiguïté; il n'y a aucune lettre muette. Imaginez combien l'orthographe en anglais et en français serait simplifiée si elle suivait le même principe : on pourrait même écrire le mot phonétique avec un f!

Une orthographe, deux représentations

Un autre avantage de l'ORN est peut‑être un peu moins évident.

Après la publication de la première bible en écriture syllabique en 1841, l'alphabétisation en langue crie s'est répandue comme une traînée de poudre dans les Prairies. Sans système d'éducation officiel en place, les gens ont appris rapidement et efficacement la langue, et l'écriture syllabique se transmettait d'une personne à l'autre. Le principal outil d'enseignement était un tableau comme celui‑ci :

Tableau présentant l'écriture syllabique des voyelles et des consonnes en cri des plaines

De nos jours, un grand nombre des communautés cries où la langue est la plus vivante préfèrent de loin la lecture et l'écriture syllabique.

Beaucoup de locuteurs (et de réviseurs) ne réalisent pas la facilité avec laquelle le cri écrit en ORN peut être translittéré par une machine pour en faire un texte correct en syllabique.

En réalité, étant donné que l'orthographe phonémique en cri équivaut totalement à l'écriture syllabique, de simples algorithmes informatiques peuvent être créés pour utiliser cette équivalence. L'expression informatique anglaise bien connue Garbage in, garbage out [telles entrées, telles sorties] traduit même un gain important pour les réviseurs et les correcteurs d'épreuves étant donné que la conversion informatique permet de faire ressortir les erreurs; la conversion est un outil de révision fort utile.

Cependant, ceux qui en retirent le plus grand avantage sont les lecteurs : une orthographe correcte dans une forme constitue un fondement dans lequel du contenu identique en langue crie peut être diffusé facilement dans l'un ou l'autre des deux systèmes d'écriture que préfère une communauté donnée.

Références

Retour à la remarque 11 Jean-Benoît Nadeau, Julie Barlow, 2006. The Story of French. New York: St Martin's, p. 74. [Publié en français chez Québec Amérique, La grande aventure de la langue française.]