Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Le lecteur, au cœur de la démarche du rédacteur

Christine Paré, rédactrice agréée
Vice-présidente aux communications
Société québécoise de la rédaction professionnelle

2013-12-02

Au moment de produire un texte, à quoi le rédacteur professionnel pense‑t‑il? À coup sûr, il pense au sujet qu'il doit traiter avec rigueur et garde les objectifs de son client bien en tête. Mais au‑delà de ces prémisses, le rédacteur a une préoccupation constante : celle d'établir la communication avec un lecteur. Qu'on l'appelle « destinataire », « cible », ou « récepteur », le lecteur est en tout temps au cœur de la démarche du rédacteur.

Henri Bergson a dit que « l'art de l'écrivain consiste surtout à nous faire oublier qu'il emploie des mots ». Il en va de même pour le rédacteur professionnel. Son but : faire en sorte que le lecteur poursuive sa lecture sans faire d'effort particulier pour saisir le message, que sa lecture soit naturelle, fluide. Pour atteindre ce degré de fluidité dans la communication, le rédacteur doit savoir le plus justement possible à qui son texte s'adresse.

Le texte « grand public » : vœu pieux?

À moins de travailler dans une organisation dont les produits et les services sont hautement spécialisés et s'adressent à une clientèle spécifique, le rédacteur est souvent amené à composer avec un certain flou autour du profil du lecteur. C'est que le lecteur est, dans bien des cas, multiple : clients actuels ou potentiels, partenaires, employés, etc.

Quand elles passent une commande à un rédacteur, nombre d'organisations aspirent à obtenir un texte « universel ». Un texte qui s'adressera autant au client fidèle qu'au client à séduire et aux partenaires. Or, pour que la communication atteigne les objectifs établis, elle doit être adaptée aux préoccupations des personnes auxquelles elle s'adresse. Prétendre que le même texte puisse répondre aux attentes d'un client et d'un actionnaire, par exemple, relève quelque peu de l'utopie.

À chaque profil de lecteur, un angle de traitement

Se mettre à la place du lecteur. Voilà une des compétences qu'un rédacteur professionnel doit développer. Ainsi, au moment du breffage, c'est‑à‑dire au moment où l'organisation confie un mandat au rédacteur, prendre le temps de bien détailler et de bien définir qui seront les lecteurs n'est pas un luxe. Au contraire. Il s'agit de la pierre angulaire sur laquelle toute la communication s'échafaude. Et c'est aussi la meilleure façon de s'assurer de produire un texte qui saura captiver le lecteur et répondre à ses attentes.

Prenons l'exemple d'une école qui souhaite organiser une campagne de financement pour améliorer les installations offertes aux enfants dans la cour extérieure. Elle sollicitera des dons auprès de la communauté dans laquelle elle évolue et auprès des parents, elle demandera des subventions au gouvernement, etc. Chaque entité susceptible de contribuer au projet n'a pas les mêmes objectifs et, par conséquent, n'a pas les mêmes sensibilités.

L'argumentaire variera donc d'un destinataire à l'autre. Le texte destiné aux parents fera appel à l'émotion et au désir d'offrir un milieu motivant à leurs enfants. L'écrit qui s'adressera à la communauté fera valoir la richesse de la relève pour l'ensemble de la municipalité, par exemple. Les commerces en périphérie voudront démontrer leur côté « bon citoyen » et se démarquer de leurs concurrents, etc. Il existe autant d'argumentaires qu'il existe de profils de lecteurs.

Niveler en adoptant une approche qui englobe tous les lecteurs, quels qu'ils soient, ou cibler un public en particulier, là est la question. Pour qu'un texte convienne à une multitude de lecteurs, il faut nécessairement en arriver à un dénominateur commun. Cela signifie qu'il faudra évacuer tout propos susceptible de n'intéresser qu'un groupe restreint. Sinon, en abordant tous les aspects, on risque d'ennuyer le lecteur par un texte trop lourd qui pourrait, ultimement, le faire décrocher.

Se poser les bonnes questions

À qui le texte s'adresse‑t‑il? Pour arriver à dégager un profil de lecteur assez juste, un peu de réflexion s'impose. Quelques exemples de données particulièrement utiles au rédacteur :

  • Les renseignements démographiques de base au sujet du lecteur : âge, sexe, degré de scolarité, lieu de résidence, etc.;
  • Ses préoccupations, ses attentes à l'égard de l'organisation et du texte qu'il s'apprête à lire;
  • Son style de vie;
  • Son bagage de connaissances : est‑il familier avec la terminologie employée par l'organisation? Connaît‑il le sujet? Si oui, à quel point? Faut‑il définir certains mots, expliquer certaines notions?
  • Les motifs qui pourraient le pousser à passer à l'action, par exemple lorsqu'on souhaite susciter un geste ou un changement d'attitude.
  • Ses sensibilités, ses affinités avec l'organisation, ses réticences, etc.

Adapter ses communications, un net avantage

L'organisation qui confie un mandat à un rédacteur professionnel a donc tout avantage à :

  • Faire les recherches qui s'imposent pour obtenir le plus d'information possible au sujet de ses différentes cibles;
  • Prévoir dans ses stratégies des communications adaptées aux différents profils de lecteurs;
  • Transmettre l'information au rédacteur, et ce, même s'il s'agit de renseignements stratégiques qui ne devraient pas être ébruités. Un rédacteur consciencieux et professionnel ne fait aucun compromis sur la confidentialité des renseignements qui sont portés à sa connaissance.

Certes, le rédacteur doit tenir compte du média dans lequel son texte sera diffusé, du contexte dans lequel il s'inscrit et d'une foule d'autres considérations. Mais il demeure que tout le processus de la communication repose sur un principe incontournable : le partage d'un « terrain » commun entre l'organisation qui communique et les personnes avec qui elle communique. En s'appuyant sur une fine connaissance du profil de son lecteur, le rédacteur est à même de proposer à son client un texte unique, construit en fonction d'un objectif précis pour un public bien défini. Un gage de succès si l'on veut établir une communication efficace.