Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

La communication orale au CŒUR de l’apprentissage

Marie-Josée Morneau
Association canadienne des professeurs d’immersion (ACPI)

2013-08-12

Il fut un temps où nous avions l'impression que les élèves apprenaient le plus lorsqu'ils étaient silencieux, écoutaient l'enseignante, suivaient ses directives et pouvaient répondre correctement et instantanément à toutes les questions qu'elle leur posait. Au XXIe siècle, nous savons bien que les jeunes d'aujourd'hui ne peuvent plus être passifs toute la journée dans nos salles de classe; ils doivent savoir résoudre des problèmes, faire preuve d'un esprit critique et créateur, collaborer et communiquer efficacement.

Pourquoi cibler la communication orale?

Depuis maintenant deux ans, la division scolaire Rivière Seine évalue annuellement les compétences langagières de tous ses élèves de cinquième, huitième et onzième année. Le référentiel des compétences orales de l'Association canadienne des professeurs d'immersion (ACPI) est l'outil de mesure utilisé pour faire l'évaluation diagnostique des élèves en déterminant leur niveau de français oral selon les six paramètres suivants : la capacité globale à communiquer, le vocabulaire, la grammaire et la syntaxe, le degré de présence de l'anglais, le rythme et l'intonation, et la prononciation.

Bien que les résultats semblent s'améliorer, l'analyse des erreurs de nos étudiants révèle qu'en général, ceux‑ci ont un vocabulaire restreint, qu'ils ont de la difficulté à structurer des phrases plus ou moins complexes et qu'ils doivent souvent simplifier leurs idées pour les communiquer en français. Un plan d'action pour améliorer la communication orale de nos élèves et les amener à penser de façon critique en français est primordial. Nous devons cibler des connaissances et habiletés orales spécifiques lors de la planification et de l'enseignement en immersion française pour que les élèves acquièrent de l'aisance et de la précision, et ce, à tous les niveaux.

Qu'est‑ce que les élèves devraient savoir, comprendre et être capables de faire?

On a parfois tendance à cibler les concepts à enseigner et à laisser de côté les habiletés requises dans les programmes d'études. Par exemple, qu'est‑ce que les étudiants doivent être capables de faire avec les opérations des nombres? Si les étudiants doivent être capables d'expliquer et d'appliquer la priorité des opérations en 6e année, il leur faudra les mots pour le faire. Il est nécessaire d'enseigner directement et de façon explicite les mots de vocabulaire précis lié à la matière, les expressions justes et les structures de phrase visées afin d'enrichir le bagage langagier de nos jeunes. Ils pourront alors communiquer comme des mathématiciens, des scientifiques, des historiens, des artistes et des musiciens.

Des stratégies de communication orales gagnantes

Selon le site Web Universal Design of College Algebra, la plupart des étudiants doivent être exposés à un nouveau mot plus de 10 fois avant de le maitriser et c'est pour cette raison que nous devons incorporer un éventail de stratégies de communication orale spécifiques lors de la planification. Qu'avons‑nous l'intention de faire avec le vocabulaire et les expressions visés?

Les apprenants d'une langue seconde bénéficient de supports visuels tels que les imagiers, les dictionnaires personnels et les murs de mots. Les éléments langagiers imprimés semblent être un bon point de départ, mais pour être encore plus valables, il faut qu'ils soient interactifs, c'est‑à‑dire vivants dans la salle de classe. Par exemple, on pourrait demander aux élèves d'essayer de faire deviner une des expressions affichées au mur en l'expliquant dans leurs propres mots à un pair; si les élèves sont capables d'expliquer ce qu'est une fraction simplifiée, entre autres, ils seront probablement plus en mesure de simplifier des fractions.

La modélisation joue aussi un grand rôle dans l'apprentissage d'une langue, surtout au niveau de la précision. L'enseignant doit s'engager à présenter le mot du jour, les synonymes, les expressions et les structures de phrase authentiques et ensuite encourager les élèves à les mettre en pratique lors de situations formelles et informelles. Conscientiser les élèves aux tournures de phrase incorrectes (telles que Je suis fini) et constamment exiger une qualité de langue supérieure n'est pas toujours facile, mais ce travail est nécessaire pour développer des communicateurs bilingues, confiants et efficaces.

Selon David Booth (1991), l'échange verbal permet aux élèves de faire des liens entre leurs connaissances actuelles et ce qu'ils découvrent. Le fait qu'on leur donne la chance de s'exprimer oralement dans tous les domaines renforce le développement de la littératie; de là l'importance de planifier l'interaction constante entre les apprenants, peu importe la langue d'apprentissage et la discipline enseignée. Faire des pauses régulières pendant la lecture à haute voix et laisser la chance aux étudiants de paraphraser ce qu'ils ont entendu est un exemple de stratégie d'écoute active permettant aux élèves de valider leur compréhension et de faire des liens. Le questionnement est une autre stratégie de discussion qui motive les élèves en piquant leur curiosité; il s'agit de poser diverses questions ouvertes pour stimuler les différents niveaux de raisonnement des élèves. Trop souvent, l'enseignant pose des questions simples qui n'encouragent pas la formulation d'hypothèses et la pensée critique. Nous voulons encourager les élèves à participer activement à la discussion et à formuler leurs propres questions pertinentes; ils peuvent ainsi structurer leur pensée et influencer celle des autres.

Les jeux de vocabulaire et de discussion sont motivants pour nos élèves et encouragent la collaboration; pourquoi ne pas jouer avec les mots de vocabulaire essentiels des sciences naturelles pendant les activités de centres de littératie? Une des activités de centres d'apprentissage pourrait cibler la communication orale dans un contexte précis. Par exemple, former une phrase à partir du plus grand nombre possible de mots de vocabulaire en sciences humaines forcerait les jeunes à faire des liens et à approfondir leur compréhension tout en ayant du plaisir. L'apprentissage par le jeu permet aussi à l'enseignant d'observer le comportement langagier des élèves et de leur fournir de la rétroaction immédiate et continue : une combinaison gagnante pour tous!

Comment sait‑on que les élèves apprennent?

D'après Damian Cooper (2007), une évaluation équilibrée comprend des tâches écrites, orales et pratiques. Très peu d'objectifs d'apprentissage doivent être évalués à l'écrit, alors pourquoi les tests écrits sont‑ils toujours aussi populaires? Presque tout ce qui se fait à l'écrit peut se faire à l'oral… Le fait d'offrir la chance à nos élèves de communiquer leurs connaissances, habiletés, valeurs et attitudes oralement permet non seulement de rejoindre nos divers apprenants, mais en plus, de leur offrir de constantes occasions d'améliorer leurs habiletés langagières. Fournir une simple liste de mots‑clés et exiger que ceux‑ci soient utilisés lors d'une présentation orale en mathématiques, par exemple, guidera l'élève vers un niveau de pensée plus élevé et garantira un produit final de meilleure qualité puisque celui‑ci devra faire des liens entre les concepts appris. L'évaluation et l'enseignement sont inséparables. Tout au long de l'apprentissage, des preuves que la communication orale s'améliore devraient refléter les compétences langagières visées ainsi que les objectifs d'apprentissage des programmes d'études. Et si ce n'est pas le cas, il faudra peut‑être repenser l'évaluation et l'enseignement dans nos salles de classe.

C'est en parlant qu'on apprend à parler

La parole est un outil de pensée fondamental dans toutes les étapes du processus d'apprentissage. Raconter, décrire, résumer, discuter, reformuler, évaluer, justifier, argumenter, convaincre et débattre sont des compétences essentielles pour tous, et ce, pour la vie! Nos jeunes en immersion française ont besoin qu'on les encourage quotidiennement à s'exprimer avec confiance et à prendre des risques dans un environnement riche en expériences communicationnelles authentiques et enrichissantes. Cependant, l'utilisation du français dans la salle de classe ne suffit pas… Ce n'est pas par magie que nos apprenants acquerront les compétences nécessaires pour communiquer clairement et efficacement en français; nous devons planifier et enseigner pour cibler ces résultats tant souhaités et c'est à l'aide de notre carte routière que nous arriverons à destination!

Références

Booth, D. et Thornley-Hall, C. eds. (1991) Classroom Talk, Markham, ON: Pembroke.

Cooper, D. (2007). Repenser l'évaluation, adaptation française de Talk About Assessment: Strategies and Tools to Improve Learning. Montréal, Canada : Modulo.

Earl, L. M. (2006). Repenser l'évaluation en classe en fonction des buts visés (2e éd.). Winnipeg, Canada : Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba.

Éducation Manitoba (2010). La communication orale au quotidien en immersion française. Récupéré du site du Ministère : http://www.edu.gov.mb.ca/m12/eval/coq/index.html.

Karsenti, T. et Collin, S. (2007). Le référentiel de compétences orales pour les élèves apprenant le français. Ottawa, Canada : Association canadienne des professeurs d'immersion.

Landmark College, Teaching Math Term & Vocabulary, In Universal Design of College Algebra [en ligne], mis à jour en 2009, http://usablealgebra.landmark.edu/instructor-training/teaching-math-terms-vocabulary/.

McTighe, J. et Wiggins, G. P. (2005). Understanding by design (2e éd.). Alexandria, VA : Association for Supervision and Curriculum Development.

Tomlinson, C. A. et McTighe, J. (2010). Intégrer la différenciation pédagogique et la planification à rebours, traduction et adaptation de Integrating Differentiated Instruction and Understanding by Design. Montréal, Canada : Chenelière Éducation.

Trehearne, M. P. (2005-2006). Littératie dès la maternelle, Littératie en 1re et 2e année et Littératie de la 3e à la 6e année ‑ Répertoire de ressources pédagogiques. Montréal, Canada : Modulo.